Safety Check sur Facebook devient permanent

Réseaux sociaux

La fonctionnalité Safety Check de Facebook, l’outil qui permet aux utilisateurs de dire à leurs amis s’ils sont sains et saufs lors d’une catastrophe, a fini par trouver sa place, et ce de manière permanente.

safety check

La fonctionnalité Safety Check de Facebook, l’outil qui permet aux utilisateurs de dire à leurs amis s’ils sont sains et saufs lors d’une catastrophe, a fini par trouver sa place, et ce de manière permanente.

Facebook a annoncé lundi que, dès à présent, et pour les prochaines semaines à venir, Safety Check sera déployé en tant que moyen unique pour avoir des nouvelles de ses amis, et publier son propre statut. Si vous ne le voyez pas encore, soyez patients : il est en route !

Comme vous pouvez le voir dans les images sur Facebook, Safety Check a son propre bouton dédié dans le menu de navigation de l’application. Il sera également disponible via le site Facebook au niveau du bureau.

La fonctionnalité Safety Check sera automatisée si suffisamment de personnes publient concernant une crise qui a lieu dans une zone donnée. Les utilisateurs seront invités à utiliser l’outil pour permettre à leurs amis de savoir s’ils sont en sécurité, et pour vérifier si d’autres ne seraient pas en danger.

Safety Check indiquera également aux gens comment ils peuvent donner ou recevoir de l’aide. Cette partie de l’outil s’appuie sur une mise à jour de Safety Check, appelée Community Help, et que Facebook a présenté en février dernier. Bien que les “pensées et les prières” soient importantes et font du bien en période de crise, la fonctionnalité Community Help se focalise davanatge sur une aide concrète à fournir aux gens, qu’il s’agisse de nourriture, d’un abri et/ou d’un moyen de transport.

En juin, Facebook a également annoncé des mises à jour de Safety Check qui incluaient la possibilité pour les personnes aux États-Unis de lancer une collecte de fonds à partir de l’outil. En parallèle, l’entreprise a déclaré qu’elle ajouterait plus de détails sur des crises en particulier. Le contexte sera fourni par NC4, une agence de déclaration de crise mondiale externe.

Safety Check, lancé en 2014, est née de l’expérience vécue par le Japon lors du tremblement de terre et du tsunami dévastateurs, de magnitude 9, qui ont eu lieu en 2009. Une catastrophe qui avait touché plus de 12,5 millions de personnes et avait provoqué l’évacuation de 400 000 personnes, selon la Croix-Rouge japonaise.

Au lendemain, les ingénieurs de Facebook au Japon avaient développé ce que l’on a appelé le Disaster Message Board pour faciliter la communication entre les gens. Facebook a continué à travailler sur ce “message board” jusqu’à ce qu’il soit finalement transformé en Safety Check.

Voici comment Safety Check fonctionne :

Safety Check trouve votre géolocalisation, soit en regardant vos récentes activités et votre emplacement probable grâce à la fonctionnalité Amis à proximité ? , ou en vérifiant la ville indiquée dans votre profil, ainsi que la ville où vous avez utilisé internet.

Safety Check est censé rassembler des données dispersées, afin d’obtenir des mises à jour en provenance d’une gamme de médias sociaux concernant vos proches lorsqu’une catastrophe a eu lieu. Mais il n’a pas échappé aux critiques : suite à l’effroyable incendie de la tour Grenfell dans l’ouest de Londres en juin dernier, certains utilisateurs ont déclaré que Safety Check a rajouté du stress chez certaines personnes, dans son effort pour augmenter l’engagement des utilisateurs dans l’outil.

Certaines personnes vivaient à plus de dix kilomètres du lieu de l’incendie, a-t-il déclaré. En fait, selon lui et d’autres détracteurs, Safety Check va trop loin, en signalant des personnes qui ne vivent pas assez près du lieu de la crise pour être affectées.

Quoi qu’il en soit, étant donné l’intégration plus étroite avec l’application Facebook, l’outil est clairement prévu pour durer, pour le meilleur et pour le pire !

Et étant donné qu’il existe beaucoup de “pire” de nos jours, que ce soit la mort récente d’une femme suite au rassemblement de suprématistes blancs à Charlottesville, en Virginie, où un homme a été accusé pour ce meurtre, ou encore l’attaque terroriste à Barcelone (photo ci-dessus), dont le bilan est de 14 morts et 120 blessés, il existe probablement beaucoup plus de gens qui sont heureux d’avoir un outil pour savoir facilement si leurs amis sont en sécurité, et moins qui souhaitent que Safety Check se taise !


Billet inspiré de Facebook is making its Safety Check feature permanent , sur Sophos nakedsecurity.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.