Dream Market : Trahi par sa barbe, ce trafiquant de drogue du DarkNet a plaidé coupable !

Cybercriminalité

Gal Vallerius, un trafiquant de drogue 5 étoiles sur Dream Market, une marketplace sur le darknet a été arrêté en octobre 2017 alors qu’il se rendait aux Etats-Unis pour un concours de barbe !

dream market

L’homme à la chevelure hirsute a plaidé coupable, et se prépare maintenant à une peine d’emprisonnement pour lui et sa barbe !

Gal Vallerius, un trafiquant de drogue 5 étoiles (également Admin et Mod) sur Dream Market, une marketplace sur le darknet, cachée grâce aux couches chiffrées de Tor, a été arrêté en octobre 2017 alors qu’il se rendait aux Etats-Unis pour un concours de barbe !

Il avait déjà fait l’objet d’une enquête de la Drug Enforcement Administration (DEA) américaine lorsqu’il avait été retenu à l’aéroport international Hartsfield-Jackson d’Atlanta, alors en provenance de Paris et se rendant aux championnats du monde de moustache et de barbe à Austin, Texas, à l’occasion desquels il avait présenté une magnifique fourrure rouge flamboyante, sortant de son menton et descendant jusqu’à son nombril, dans la catégorie barbe pleine.

Vallerius, un ressortissant français, a plaidé coupable mardi. Le ministère de la Justice (DOJ) a annoncé que les accusations portaient sur du trafic de stupéfiants et du blanchiment d’argent. Vallerius a également admis avoir travaillé parfois en tant qu’administrateur et modérateur principal, sur ce que ministère de la Justice a désigné comme étant l’une des plus grandes marketplaces criminelles du darknet.

Il a commencé comme vendeur d’Oxycodone et de Ritalin. Peu de temps après, Dream Market l’a intégré comme membre du personnel, où il est devenu leader et organisateur.

Selon un affidavit déposé lors de son arrestation, Dream Market est une marketplace classique sur le darknet : c’est une plateforme semblable à eBay pour des drogues comme la méthamphétamine, l’héroïne, le fentanyl, la cocaïne, et bien d’autres stupéfiants. Sans oublier des mots de passe piratés et des services tels que le piratage ou la contrefaçon de passeports.

Depuis au moins février 2016, les agents de la DEA sont allés, sous couverture, se procurer toute une flopée de stupéfiants : 100 feuilles de LSD, 28 grammes de cristaux de méthamphétamine et bien plus encore, et les ont fait expédier en Floride. Les noms des vendeurs sur cette marketplace incluent MethForDummies, ReximusMaximus, et bien sûr OxyMonster, le vendeur, l’administrateur et le modérateur principal.

Selon l’affidavit, le profil d’OxyMonster indique qu’il travaillait hors de France mais expédiait de l’OxyContin et du Ritalin partout en Europe et aux États-Unis. Dans son rôle d’administrateur, il était connu pour être très utile aux clients : il traitait les plaintes, donnait des conseils pour rester anonyme sur le darknet et publiait les noms des employés officiels de Dream Market.

Peut-être que Vallerius n’aurait pas dû donner des conseils pour rester anonyme sur le darknet, étant donné qu’au final il n’était peut-être pas très doué pour cela. Des agents, de la DEA, du FBI, de l’IRS, de la Homeland Security Investigations (HSI) et du United States Postal Inspection Service (USPIS), ont relié OxyMonster à Vallerius de plusieurs façons au cours de l’enquête.

D’une part, ils ont comparé le style d’écriture de Vallerius sur ses comptes publics Instagram et Twitter avec celui utilisé au niveau des forums d’OxyMonster sur Dream Market et ont découvert de nombreuses similitudes, telles que l’utilisation du mot “cheers”, des doubles points d’exclamation, l’utilisation fréquente de guillemets et l’intégration de posts français de temps en temps.

L’élément décisif : il a utilisé sa véritable adresse email pour accepter les paiements. Les agents ont suivi les transactions entrantes et sortantes, à partir d’une adresse bitcoin associée aux ventes sur le site, et ont découvert que la plupart d’entre elles étaient envoyées à Vallerius via Localbitcoins.com.

Bien que les enquêteurs savaient à présent qui rechercher, ils ne pouvaient pas l’atteindre tant qu’il était en France, à moins de l’extrader (procédure jamais facile, car la France a toujours refusé d’extrader ses propres citoyens) ou bien tout simplement d’être chanceux. Vallerius a involontairement opté pour cette dernière option, en s’offrant lui-même aux fédéraux sur un plateau d’argent, en quittant la France pour assister à ce concours de barbe. Ironiquement, il s’agissait de sa première sortie du territoire français.

Le Français de 36 ans, qui est citoyen de trois pays : la France, le Royaume-Uni et Israël, peut purger une partie de sa peine dans le cadre d’un programme international de transfert de prisonniers, selon Associated Press (AP).

AP signale aussi que Vallerius aurait eu peu de choses à rajouter au-delà de “coupable”, devant le tribunal fédéral de Miami mardi dernier, mais il a mentionné qu’il regrettait de ne pas pouvoir profiter davantage de sa présence aux Etats-Unis :

C’est malheureux … Je ne peux pas profiter de ce beau pays et tout ce qu’il a à offrir. 

Le jugement sera rendu le 25 septembre. Les procureurs et les avocats de la défense ont convenu de recommander au juge américain du district, Robert Scola, d’infliger une peine de prison de 20 ans, même si cette dernière pourrait se voir réduite du fait de la coopération de l’accusé dans d’autres enquêtes sur de la vente de drogue en ligne.


Billet inspiré de Dark Web drug dealer betrayed by his beard, pleads guilty, sur Sophos nakedsecurity.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.