My Talking Tom propose aux enfants des annonces à caractère sexuel !

Utilisateurs ITProtection de la vie privéeSécuritéZenfants
My Talking Tom

My Talking Tom propose aux enfants des annonces à caractère sexuel !

My Talking TomMy Talking Tom, décrit comme “le chat le plus populaire du monde”, par le créateur de l’application pour enfants sous Android et iOS, est un personnage interactif en 3D, entièrement animé. Les utilisateurs peuvent le chatouiller, le piquer, jouer avec, dépenser l’argent des parents pour le personnaliser, lui faire répéter ce qu’ils disent, le forcer à chanter une version pour enfants de My Poker Face de Lady Gaga, ou encore l’inciter à danser le Gangnam style.

Par contre, il n’est pas prévu qu’il serve de relais à des annonces incitant les enfants à avoir des relations sexuelles.

Malheureusement, ce chat a été utilisé à cette fin, dans 2 annonces pop-up, affichées pendant le déroulement de jeux, et qui ont été montrées durant 4 jours au cours du mois d’Août.

Les annonces faisaient la promotion d’Affairealert.com : un site qui met en avant un message assez confus : “découvrez des aventures sexuelles secrètes”, et qui vous avertit que “ce site est susceptible de contenir des photos à caractère sexuel et des femmes très sexy des environs, que vous pourriez reconnaître”.

L’ASA britannique (Advertising Standards Authority) a confirmé mercredi dernier les plaintes déposées par deux parents, qui ont déclaré que leurs enfants de 7 et 3 ans avaient vu la publicité en question alors qu’ils jouaient à un jeu.

C’est la deuxième fois que l’ASA a dû prendre une décision concernant le contenu d’une publicité au sein d’une application.

En juin, le watchdog avait confirmé que des publicités affichant 3 femmes nues, en train d’avoir des relations sexuelles avec 4 autres femmes, avaient été montrées, avec un bouton “PLAY” affiché en haut de l’image en question.

Selon l’ASA, cette fois ci, les publicités en question ont montré :

My Talking Tom est une application développée par Outfit7 Ltd, mais la décision de l’ASA s’adressait plutôt à l’annonceur en question, à savoir Plymouth Associates Ltd.

La décision de l’ASA souligne les points suivants :

Nous considérons que le contenu à caractère sexuel de l’annonce et les produits mis en avant, ne devaient pas apparaître dans des médias susceptibles d’être vus par des enfants. Nous considérons aussi que l’application “My Talking Tom”, dans laquelle les annonces sont apparues, s’avère très attirante pour les enfants.

Plymouth Associates Ltd, de son côté, a nié avoir placé ces annonces au sein de l’application, et a déclaré qu’ils suspectaient ces dernières d’avoir été produites et placées “par une tierce partie malveillante”, plutôt que par un associé. Cependant, la compagnie ne pouvait pas établir avec certitude qui était responsable.

Etant donné que Plymouth Associates Ltd n’était pas en mesure de présenter des preuves pour confirmer que quelqu’un d’autre était responsable, l’affaire s’arrête donc là, et le watchdog surveillant les annonces a déclaré :

Etant donné que les annonces faisaient la promotion d’Affairealert.com et qu’ils étaient les seuls bénéficiaires, nous considérons que Plymouth Associates Ltd était responsable du contenu et de sa conformité par rapport au Code.

Le Code auquel l’ASA fait référence, s’intéresse de très près à la responsabilité sociale.

L’ASA a déclaré que Plymouth Associates Ltd avait des procédures en place permettant d’empêcher leurs annonces apparaître dans des applications ou sur des sites internet qui pourraient attirer ou bien cibler des utilisateurs de moins de 18 ans. De toute évidence, dans ce cas-ci, elles n’ont pas fonctionné !

Un extrait de la décision de l’ASA mentionne :

Nous avions peur … que leurs procédures ne soient pas adaptées pour assurer que leurs annonces apparaissent uniquement dans les médias appropriés.

Le résultat : l’ASA a dit à Plymouth Associates Ltd de s’assurer que ces annonces cibleraient, dorénavant, de manière appropriée, et n’apparaîtraient plus dans des fenêtres pop-up au sein d’applications dédiées aux enfants.

Pendant ce temps, pauvre Talking Angela !

Quand elle n’est pas exaspérée par les délires sur internet, d’individus plutôt effrayants, qui n’en finissent pas de scruter ses yeux de personnage de dessin animé, elle doit affronter les utilisateurs qui utilisent My Talking Tom pour faire pression sur elle au travers de ce chat aux comportements inappropriés.

Et à présent, My Talking Tom qui affiche des annonces à caractère sexuel !


//
// ]]>
Billet inspiré de “My Talking Tom offers up naked selfie ads to kids” par Lisa Vaas de Naked Security
Partagez “My Talking Tom propose aux enfants des annonces à caractère sexuel !” avec http://wp.me/p2YJS1-2ix

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.