Cyberharcèlement : Stop Abuse Online pour dire stop !

Protection des donnéesRéseaux sociauxCybercriminalitéProtection de la vie privée
Couple de lesbiennes

Cyberharcèlement : Stop Abuse Online pour dire stop !

Couple de lesbiennes

Le gouvernement britannique a lancé un nouveau site internet dont l’objectif est d’aider les victimes de cyberharcèlement.

A l’origine, ce site était destiné aux femmes et aux LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) qui représentent, selon le site, le groupe de personnes le plus victimes de cyberharcèlement sur internet. Cependant, il offre également des conseils, sur la manière de trouver de l’aide, de porter plainte en cas d’infractions, et de demander le retrait de contenus insultants.

Stop Abuse Online, lancé fin juin, déclare que la popularité toujours plus grande des réseaux sociaux, les jeux en ligne, les chatrooms, et le dating en ligne, facilités par l’utilisation des smartphones, a créé un environnement dans lequel la quantité de communications et d’informations sur le web, ont abouti à une augmentation des comportements indésirables.

Soulignant la difficulté souvent rencontrée pour différencier la liberté d’expression du discours haineux, le site déclare :

Afin d’aider les visiteurs à mieux comprendre le cyberharcèlement, le site clarifie les différents types de comportements qui peuvent être considérés comme du cyberharcèlement y compris le trolling (à savoir poster des commentaires négatifs dans le but de blesser et de déclencher une réponse de la personne concernée), la publication de commentaires diffamatoires, le revenge porn, le cyberstalking et le doxing (qui désigne le fait de publier des informations personnelles d’une personne sur internet).

Ce site précise également comment les femmes “font l’expérience de la discrimination et de l’inégalité, pas seulement à cause de leur sexe, mais aussi du croisement de paramètres tels que l’origine et l’identité comme : l’appartenance ethnique, la culture, la religion, le handicap, l’âge, la classe sociale, la préférence sexuelle, l’histoire et l’identité de la personne”. Ce site donne des conseils pour lutter et porter plainte à propos de tels comportements sur le web, dans la presse, et dans d’autres types de médias.

Faire face à l’homophobie, la biphobie et la transphobie

Stop Abuse Online traite également de l’homophobie, la biphobie et la transphobie, en rappelant aux visiteurs que chaque personne doit avoir le droit de choisir de divulguer ou non son identité et son orientation sexuelle. Révéler l’homosexualité de quelqu’un, sans son consentement, selon le site, n’est pas seulement un mauvais comportement, mais peut aussi se révéler illégal, en fonction de l’endroit où cela se produit.

Davantage d’informations au sujet du cyberharcèlement subi par les personnes LGBT sont données, avec en plus une variété de liens fournis pour trouver un soutien et des conseils plus spécifiques.

Afin de clarifier au mieux le message, le site utilise des cas pratiques courts, en lien avec différentes situations. Par exemple, le cas de Peter Nunn qui, avec Isabella Sorley, a été emprisonné pour des tweets menaçant de viol MP Stella Creasy et une autre militante féministe Caroline Criado-Perez, après une campagne menée en duo pour obtenir l’image d’une femme sur les nouveaux billets de 10£.

Criado-Perez, qui a précisé ne pas avoir encore visité le site, a déclaré à The Guardian :

Si vous pensez que vous êtes la cible de cyberharcèlement en ligne, merci  de visiter ce site, surtout si le harcèlement est basé sur votre sexe ou votre identité sexuelle.

Si vous êtes une victime de cyberharcèlement, de n’importe quel type, le site vous recommande de rester calme, d’en parler à quelqu’un, de garder des traces de toutes les interactions. La liste des liens pour porter plainte pour cyberharcèlement auprès de la police et des sites web les plus connus est très utile.

Billet inspiré de : “Stop Abuse Online site launches to help tackle cyberbullying” par Lee Munson de Naked Security

Partagez “Cyberharcèlement : Stop Abuse Online pour dire stop !” avec http://wp.me/p2YJS1-1W3

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.