Données personnelles : une priorité absolue ?

Protection des données

Données personnelles : une priorité absolue ?

[vc_row][vc_column width=”1/1″][vc_message color=”alert-info”]Cet article est inspiré d’un autre, intitulé : «La protection des données personnelles : un concept obsolète ?» paru sur le même thème. Nous vous conseillons vivement la lecture de ces 2 articles afin de vous donner une vision plus complète sur le sujet.[/vc_message][/vc_column][/vc_row]

Dans cet article, John souligne qu’aujourd’hui, la génération Facebook étale de plus en plus sa vie sur la toile, en postant des informations concernant : qui ils sont, où ils sont, ce qu’ils font, avec qui ils sont, ces données personnellesmêmes informations que tant d’entreprises et d’organisations s’efforcent souvent de protéger à tout prix.

Cette grande transparence peut, à terme, avoir un impact très important sur nos normes sociales, et il se pourrait que certains sujets considérés aujourd’hui comme embarrassants et intimes, ne le soient plus du tout demain.

Dans son article, John pose la question suivante :

La protection des données personnelles repose-t-elle sur un modèle social dépassé ? Sommes-nous vieux jeu en essayant de brider, coûte que coûte, cette nouvelle génération des réseaux sociaux ?

C’est une très bonne question à se poser et, après mûre réflexion, ma réponse est la suivante : non seulement cela n’est pas vieux jeu ou démodé, mais je pense que s’efforcer d’endiguer cet énorme raz de marée qui a tendance à balayer tout simplement nos données personnelles est, au contraire, d’une grande modernité.

Quelles sont les victimes aujourd’hui ?

Tout d’abord, il y a un prix immédiat à payer qu’il faut prendre en considération.

Les changements profonds de nos normes sociales ne se font pas du jour au lendemain. Celui qui surfe sur cette tendance et l’anticipe, se met lui-même en ligne de mire. Dans cette révolution sociale que nous vivons, ces avant-gardistes représentent une minorité.

Nous pouvons accepter que certains adultes poussent le bouchon un peu loin, en faisant délibérément des choix personnels audacieux ou risqués, mais nous avons une responsabilité légale et morale envers nos enfants, et nous devons les protéger des éventuels risques encourus.

Nous devons trouver une manière pour faire profiter à nos enfants de ces changements sociaux, sans pour autant qu’ils en deviennent les victimes malgré eux. Il ne faut  pas sous-estimer le réel danger, dès lors qu’il est question de la protection des données personnelles.

Leur génération va atteindre l’âge adulte au sein d’une société où très peu de choses seront considérées comme intimes ou embarrassantes. Mais aujourd’hui, cela n’est pas encore le cas dans leurs propres cercles sociaux, la cyber-agressivité est bien réelle, elle se répand largement et est très néfaste.

Peu importe ce que l’avenir nous réserve, nous avons aujourd’hui un rôle primordial, celui tout simplement de montrer l’exemple.

Est-ce que le futur sera plus libéral ?

Et demain ? Est-ce que tout ce partage massif d’informations privées et personnelles nous mènera vers une société plus tolérante et ouverte ?

Eh bien, peut-être, mais il se peut aussi que ce soit le contraire !

C’est facile d’observer les changements récents dans les comportements de nos sociétés occidentales, concernant la sexualité, les races et même le style des maillots de bain, et d’y voir une tendance positive et durable.

Malheureusement, les sociétés n’évoluent pas durablement et inexorablement vers une plus grande ouverture d’esprit, et davantage de tolérance et de libéralisation.

Dans les années 20, plutôt libérales, qui aurait pu imaginer la soudaine et terrible montée du fascisme des années 30 ? Il y a de nombreux exemples, comme celui-ci, de fluctuations des comportements sociaux à travers les âges.

Bien sûr, lorsque les données traversent les frontières des pays, les comportements sociaux, eux, ne les suivent pas ! L’Uganda n’est pas San Francisco !

Finalement, bien que le progrès technologique et le partage qu’il permet, devrait nous rendre plus ouverts et tolérants, ce n’est cependant pas le seul facteur qui entre en jeu, dans la manière avec laquelle notre société se développe.

Les prédictions sur le futur sont, par nature, vouées à être contrariées par l’imprévu. Nous espérons toujours le meilleur, mais préparons-nous quand même au pire !

Une fois sur le net, une information y restera pour toujours !

Pour moi, la plus grande différence entre aujourd’hui et hier, n’est pas le degré de libéralisme de nos attitudes mais plutôt le côté irréversible de nos choix, concernant le partage de nos données personnelles.

Un internaute peut aujourd’hui choisir de mettre certaines informations sur le net mais, une fois en ligne, il est impossible de les effacer.

Pour aggraver la situation, cela devient même, de plus en plus difficile de déterminer quel type de données va être enregistré et pourquoi telle donnée est plus importante que telle autre.

Une information isolée peut tout à fait sembler inoffensive, par contre, une fois les informations rassemblées, elles deviennent alors très puissantes et révélatrices, c’est l’essence même de ce que l’on appelle «Big Data».

Comment savoir quel agrégat de données sera possible la semaine prochaine, l’an prochain ou durant la prochaine décennie ? Face à notre propre ignorance sur le sujet, pouvons-nous vraiment déclarer que nous comprenons en profondeur toutes les conséquences que nos choix d’aujourd’hui, en matière de données personnelles, peuvent engendrer demain ? Par conséquent, comment pouvons-nous dire avec certitude, quelle donnée nous devons ou pas considérer comme privée ?

Nous pouvons, soit estimer qu’il est trop tard, que le mal est fait, et que par conséquent nos données personnelles appartiennent, à présent, à tout le monde, soit décider de les protéger jalousement, encore plus qu’auparavant.

C’est en effet possible qu’il soit déjà trop tard : si personne ne peut protéger efficacement ses données personnelles, alors effectivement ce concept est obsolète.

Dans le monde des lunettes Google Glass et de la vidéo commerciale par satellite, John demande, à juste titre : « mais où donc vous cacherez vous demain ? »

Je pense que la réponse à cette question dépend de combien d’argent vous disposez. Aussi longtemps que les données personnelles auront une valeur, il y aura un marché pour ceux qui voudront en faire l’acquisition, et un marché pour ceux qui voudront les protéger.

La vidéo surveillance, en continu, rend encore plus difficile pour les gens de se protéger. Cette situation ne fera qu’augmenter la valeur accordée à la protection de la vie privée, ainsi que la somme qu’une personne est prête à payer pour cette protection et la rémunération de celui prêt à la fournir.

Loin d’un système égalitaire qui rendrait leur protection sans intérêt, la tendance sera certainement une hiérarchisation avec, d’un côté les plus fortunés capables de s’offrir une protection efficace, et de l’autre les plus pauvres.

L’information est équivalente à une vaste récolte qui alimente l’économie, basée sur l’information, et nous en détenons tous une petite partie. Cette économie n’en est qu’à ses débuts, et la récupération de vos données personnelles a déjà une grande valeur aujourd’hui (si ce n’était pas le cas, il n’y aurait, ni usurpation d’identité, ni carte de fidélité dans les supermarchés).

Il y a 4000 ans, les agriculteurs construisaient ensemble des murs autour des villes, pour protéger les surplus de récolte. En 2014, nous venons juste de réaliser que nous devions protéger nos connexions reliant les «data-centers».

La route est encore longue avant que nous puissions comprendre l’importance réelle de nos données personnelles, et pouvoir affirmer que nous savons les gérer en toute sécurité. D’ici là, et avant de comprendre l’impact dans le long terme de nos choix en matière de protection, je pense que nous devons impérativement redoubler de vigilance avant de décider de divulguer largement nos données personnelles.

Billet inspiré de “Is data privacy more important than ever  ?” de Mark Stockley

Partagez Données personnelles : une priorité absolue ? avec http://bit.ly/1lxUcua

1 Commentaire

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.